COLLECTION D'ART JAVIER MÉNDEZ
La construction d'un rêve...

Biographie.


Lászlo Jávor est né à Budapest (Hongrie) en 1903 et décédé à Vallauris (France) en 1992.

Tour à tour journaliste, poète, écrivain, violoniste, compositeur, chef orchestre, peintre de talent. Il fut également traducteur, vedette de cirque et combattant résistant.

En 1935, jeune journaliste-reporter à Budapest pour le compte du journal « 8 Orai Ujsàg », il écrit le poème de la fameuse chanson « Sombre dimanche ». Pour son amie Sylvia, danseuse de ballet partie en tournée, trop fier pour lui écrire, il a l’idée de lui composer un poème afin de lui exprimer sa détresse et sa solitude. N’ayant reçu aucune réponse de Sylvia, il demande à un compositeur, Seress REZSO, de mettre son poème en musique pour qu’elle puisse l’entendre à la radio. Cette chanson donne naissance à une légende urbaine qui véhicule l’idée qu’elle est la cause de plusieurs suicides dans le monde et, dès lors, est interdite de diffusion dans plusieurs pays.

Jávor à gauche arrivée à Paris, violon en main (source : www.szineszkonyvtar.hu)

En 1938, lorsque le fascisme s’installa en Hongrie, Jávor décida de se réfugier en France et, abandonnant momentanément la poésie, y survit en jouant du violon.

Dans les années 40 il étudie les Beaux-Arts à Paris et devient l’ami de Marcel Vertès, d'André Levé et de François Gall, artistes hongrois vivant eux aussi à Paris.


Jávor par le peintre François Gall ( source: livre Café Narkozis )

Il se lie également d'une grande amitié avec Max Jacob, tous les deux emprisonnés par la Gestapo à Darcy et l'assista jusqu'à sa mort, mais également de Jean Cocteau qui apprécie son tallent et lui écrira plus tard, en 1960 la préface de sa première exposition.


(Préface d'une exposition de Jávor par Jean Cocteau)

Début des années 50 il se maria avec Miss Véra Sanders, excellente joueuse de tennis anglaise, avec laquelle il parcourt l'Eeurope en caravane.

Miss Sanders à Wimbledon en 1937.  (source : gallica.bnf.fr - Bibliothèque nationnale de France).


Jávor dans un de ses voyages en caravane. (source: photo journal article J.Laurent-L)

En France, il vit de nombreuses années à Neuilly sur Seine, ville très présente dans ses peintures. Ses œuvres ont une tendance expressionniste et sa technique est très proche de Georges Roualt, qu’il admirait.

Il expose dans plusieurs grandes villes d’Europe, à Paris, Evian, Lausanne, Genève, Oslo, Stockholm, Vienne, Londres, mais également au Mexique. Ce qui ne l’empêche pas de jouer du violon chaque soir dans un restaurant hongrois de la "rue des Petits-Champs". Ceux qui l’écoutèrent le décrivirent tel un virtuose à la chevelure mélancolique. .

En 1954 il devient membre de la rédaction du journal AZ EMBER (L'Homme) édité à New York.

Il gagne sa vie de manière honorable mais sans grand éclat.


Le quotidien hongrois "Népszava" lui consacre un article en 2010. Le journaliste y raconte sa rencontre avec Javor en 1985 à Cannes, bien qu’à cette époque, il vit probablement à Briançon. De cette entrevue est né un échange de correspondance. Le journaliste perd néanmoins sa trace après un certain temps.

Javor en 1989 (source: J.-M. G.)

Javor décède à Vallauris en 1992, à l’âge de 89 ans.



***( ... suite et ajout d'informations en cours)


 

Distinctions :

  • Croix des combattants en 1939.
  • Croix des combattants - volontaire de la Résistance.
  • Croix d'interné de la Résistance.
  • Médaille commémorative en 1939.
  • Palmes académiques de l'académie française en 1947.

 

***(Nous faisons tout le possible afin de pouvoir compléter une biographie sur cet artiste talentueux resté à jamais célèbre dans le monde de la musique mais très peu connu dans de monde de l’art, malgré un talent indéniable). J.M. y S.
 

Tous droits réservés - 2007-2018 - Javier Méndez